PUPI

2003
Genre : Danse
Chorégraphes : Cécile Loyer et Mitsuyo Uesugi
Interprètes : Cécile Loyer et Mitsuyo Uesugi
Régisseur lumière : Jean-Baptiste Bernadet
Musique : Eiji Nakazawa
Production : Compagnie C.LOY
agenda
  • Vendredi 10 Janvier 2003 - 20:00
    Musée National des Arts Asiatiques Guimet - Paris (75)
Duo

Danser ensemble. Écrire notre histoire ; celle d'une rencontre. Elle doit devenir énergies, rythmes, tensions entre nous sur un plateau. Nous avons plus de 20 ans de différences et pourtant nous comprenons nos émotions, nos questions, nos envies, nos peurs. Nous n'avons pas vécu les mêmes choses ou d'une manière différente ; toutefois nos corps parlent la même langue.

Nous voulons aborder pour ce duo un style simple, que l'on pourrait qualifier, peut-être, d'ancien. Le musée Guimet, où a été créé PUPI, renferme de nombreuses œuvres d'arts de différents pays et différentes cultures ; ce lieu d'héritage nous est apparu un peu comme le cœur de quelque chose ; un endroit paisible, silencieux chargé de siècles, marqués par des guerres et par des alliances où vivent des œuvres, des objets symboles, comme des preuves de l'Histoire et des rencontres entre nos peuples. Nous voulions préserver et travailler avec PUPI dans cette atmosphère.

Ce qui importe dans cette pièce est la rencontre entre les êtres humains avec tout ce que les différences de cultures et de générations ont d'essentielle.
Aujourd'hui nous sommes souvent préoccupés.ées par des besoins matériels ; consommateurs.rices en permanence nous communiquons dans un souci commercial et nous recherchons le concept et l'idée différents, uniques qui nous désignera novateur.rice. Ce duo ne va pas du tout dans ce sens ; nous ne voulons pas être dans quelque chose de nouveau à tous prix. Nous l'avons imaginé comme une peinture qui dort dans le dépôt du musée.

Nous voulons montrer la face et l'envers des sentiments de chacune sans contacts physiques, tout en gardant une distance. Il faut chercher le mystère de l'esprit et du corps et consumer le désir qui se trouve au fond de nous sans se brûler. Comme les marionnettes qui racontent l'histoire de l'être humain sans blesser les autres.

La nouveauté n'existe que par référence à l'ancien. Chaque chose se décline jusqu'à sa forme originelle, c'est à dire de la chaise en bois jusqu'à la graine de l'arbre. Il en est ainsi aussi pour l'homme. Et le nouveau vient grossir la racine qui le relie à l'origine. Si la conscience de ces liens, de ces repères, de ces traces inscrites reste fine et présente alors évoluer devient évident et nécessaire. Si on oubli, c'est les yeux fermés que l'on avance près à trébucher, à s'effondrer au moindre obstacle.

PUPI a deux têtes. PUPI n'a pas d'âge. PUPI traverse les temps.


Cécile Loyer