Villes de papier

2021

Genre : Danse

Chorégraphie : Cécile Loyer

Interprétation : Sonia Delbost-Henry, Steven Hervouet, Mai Ishiwata, Karim Sylla

Création lumières : Coralie Pacreau

Plasticien : Barbu Bejan

Création : Décembre 2021

Durée : 45 min

Production : C.LOY

Co-production : Équinoxe, Scène Nationale de Châteauroux Centre chorégraphique national de Tours

Pièce pour 2 ou 4 danseur·ses - tout public à partir de 11 ans

Dans les années 1930, aux États-Unis, l'augmentation rapide du nombre d'automobiles entraîna la construction de nombreuses autoroutes et, avec elles, la création des stations-services. Dans chacune d'entre elles, les automobilistes, qu'il fallait fidéliser, recevaient en cadeau des cartes routières. Chaque compagnie pétrolière avait son propre cartographe et imprimait ses propres cartes routières. Et pour s'assurer que ses cartes n'étaient pas copiées par les concurrents, chaque cartographe y inscrivait de fausses villes, des villes imaginaires... des villes de papier, comme une signature ou un copyright.

Au mois de janvier dernier, je rentrais à la maison avec mon fils César (11 ans) à qui j'avais raconté cette histoire des villes de papier, et nous sommes passés devant un campement de réfugié·es installé depuis plusieurs semaines le long du canal de l'Ourcq (Paris, XIXe). C'était un regroupement de tentes identiques, collées les unes aux autres. Du linge était suspendu sur des fils accrochés aux arbres, aux poteaux électriques, coincés entre deux pierres ou deux bouts de bois. Il y avait aussi un baril d'où sortait de la fumée… Mon fils m'a dit alors : « Tu as vu, c'est un village de papier ! »

On a continué à marcher quelques mètres, en silence, et tout à coup il s'est écrié : « Non ! c'est pas ça…parce que, eux, ils sont là pour de vrai, mais ils ne sont pas écrits sur la carte.»

Ils ne sont pas « écrits »… Effectivement, ils ne sont inscrits sur aucune carte, sur aucun papier, nulle part.


Les Villes de papier sont des villes imaginaires, des villes rêvées, qu'on pourrait facilement créer et situer sur nos cartes routières et nos atlas alors que des populations entières ne trouvent pas de place où vivre sur notre territoire et se retrouvent nulle part, invisibles, effacées, coincées entre nos routes, nos maisons et nos frontières. Ce projet prolongera le travail engagé par la Cie C.Loy autour des notions et questions de migration, de déplacement de populations, de partage et d'hospitalité. 
Les représentations de Villes de papier seront précédées et accompagnées d'une série d'ateliers de pratique de la danse et de rencontres autour des thèmes que la pièce aborde.