Une pièce manquante – 2014

Quatuor

Chorégraphie : Cécile Loyer

Interprètes : Éric Domeneghetty, Éric Fessenmeyer, Mai Ishiwata, Cécile Loyer
Musique : Sylvain Chauveau
Lumières : Jonathan Douchet
Durée : 45 mn

Production : Compagnie Cécile Loyer
Coproductions : Scène Nationale d’Orléans, Centre chorégraphique national de Tours – Thomas Lebrun
Association Chorège, RCR du Pays de Falaise, CDC Le Gymnase, Roubaix
L’Avant-Scène Cognac, scène conventionnée « inclinée danse », Emmetrop, Bourges
Accueils en résidence : Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape – Yuval Pick

Création les 13, 14 et 15 novembre 2014 à la Scène Nationale d’Orléans

© Geraldine Aresteanu

Comme Moments d’absence, la précédente pièce de Cécile Loyer, Une pièce manquante cherche à créer le trouble, le doute chez les spectateurs en questionnant la frontière entre jeu et réalité. Mais, cette fois, l’entrée en matière s’opère par le biais d’un classique de l’histoire du théâtre.

Ce spectacle se fonde en effet sur La Tempête de Shakespeare, non tant la pièce elle-même que certains de ses aspects : il s’agit d’une tragicomédie féerique, du récit d’un naufrage, qui débouche sur l’isolement des protagonistes dans un lieu inconnu, de leur perte de repères, et du doute qu’ils éprouvent sur leurs identités respectives.

Choisir ce texte comme point de départ, c’est installer d’entrée (pour mieux les mettre en pièces) le code du théâtre et l’imaginaire du conte comme cadre de la pièce.

Mais, alors que la pièce de Shakespeare s’ouvre sur une tempête qui mène à un naufrage, puis à une accalmie et à un dénouement heureux, Une pièce manquante n’est que bourrasques, vagues déferlantes, crachins et tourbillons. Tandis que les danseurs multiplient les tentatives pour jouer la première scène de La Tempête, la tempête s’empare d’eux, la raison prend l’eau et le théâtre lui-même prend l’eau et commence à couler. Dès lors, les places, les rôles, se modifient ; les rapports de force s’inversent, les danseurs refusent d’être dirigés, la chorégraphe démissionne, le groupe se divise et des alliances se nouent, et ce flottement autour des questions « qui est qui ? » et « qui fait quoi ? » entraîne la pièce vers une autre pièce, hors-cadre celle-là, hors scène.

L’espace, jusqu’alors cerné par la lumière, est mis à nu, sans coulisse, ni fond de scène, la structure du théâtre est à vue, la scène s’élargit aux dimensions de la salle et le public est aussitôt pris à témoin de ce « dysfonctionnement ».

Ainsi, Une pièce manquante déjoue les attentes pour remettre en cause les relations conventionnelles entre le metteur en scène, les acteurs et le texte, entre le public et les interprètes. Dans le naufrage de cette tentative de mise en scène de La Tempête, c’est donc non seulement une autre pièce qui est donnée à voir, mais aussi une autre forme de théâtralité qui est proposée.


TOURNÉES :

12 novembre 2016 : Salle Alizée, Festival 9Neuf, Toulouse (31)
9 mars 2016 : Centre Culturel Albert Camus, Issoudun (36)
1er décembre 2015 : Espace Jean Vilar, Ifs (14)
8 octobre 2015 : Scène Nationale de Dieppe (76)

17 avril 2015 : Festival Le Grand Bain, CDC – Le Gymnase, Roubaix (59)
7 avril 2015 : Théâtre de l’Agora, Scène Nationale d’Evry dans le cadre des Rencontres Essonne Danse (91)

23 janvier 2015 : Théâtre de l’Athenéum, Art-Danse Bourgogne, Dijon (21)


> Télécharger la Revue de Presse